La colère: la désamorcer sans la nier.

Qui n’a jamais pesté contre l’autre? Perdu son flegme au volant de sa voiture? Abandonné toute patience avec son enfant? La colère est une émotion commune qui n’est pas obligatoirement une «mauvaise» réaction. Examinons-la de plus près.

La colère: un message

La colère fait partie des émotions primaires. Comme les autres émotions, elle vous délivre un message. Il parle de vous-même et de votre façon d’appréhender une situation, une autre personne et/ou le comportement de celle-ci. La colère est l’indicateur qu’un de vos besoins essentiels n’est pas comblé, reconnu,ou respecté. La frustration, précurseur de la la colère, naît de votre incapacité à avoir le contrôle de la situation et de vous faire entendre.

 

Comment décoder le message?

Tout simplement par l’observation de soi. Souvent le sentiment de colère apparaît dans des circonstances bien précises; il est alors relativement aisé de repérer la situation récurrente qui réveille votre colère. A partir de là, vous pouvez, seuls ou avec une aide extérieure impartiale,remonter jusqu’à sa source réelle.

En effet, la situation «déclencheur» est la plupart du temps l’arbre qui cache la forêt. Rassurez-vous il n’est pas toujours nécessaire de raser la dite forêt et une simple promenade guidée dans les sous-bois suffit parfois.

 

Comment désamorcer le processus?

Par l’observation, vous pouvez décrypter les signes qui vous préviennent que la colère gronde en vous et que l’explosion est imminente.

Pour stopper le processus, plusieurs points sont essentiels:

  • reconnaissez votre colère comme telle et accordez-vous le droit de la ressentir
  • revenez ici et maintenant en respirant profondément, en observant votre respiration
  • exprimez ce que vous ressentez et ce qui se passe pour vous
  • interrogez-vous sur la raison de votre colère: la réflexion ralentit la réaction.

Ce sont des «exercices» qui seront d’autant plus efficaces si vous les pratiquez systématiquement.Ils deviendront automatiques et seront donc des alliés privilégiés dans la gestion de cette émotion.

Ne refoulez pas votre colère, comprenez-la, permettez-lui d’exister afin de parvenir à l’exprimer de façon constructive.

Nathalie Devos – avril 2017


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *