Quand nos émotions nous aveuglent…

Quand tout semble aller mal, ou quand de grands sentiments inattendus bousculent notre univers bien rangé, ou quand notre quête de sens à ce qui nous arrive finit par nous faire manquer d’air, dans ces moments là, j’envie le règne animal.
Je rêve alors d’être l’oiseau migrateur, fidèle et qui , même en vents contraires retrouve son chemin, d’avoir la fervente patience du chien au pied de son maître, ou comme le chat qui sait rester proche de ses propres besoins, d’avoir la force majestueuse du cheval…et au final me dire qu’avoir la mémoire d’un poisson rouge ferait aussi bien l’affaire!
Il en va de même du règne végétal. Le roseau qui plie mais ne rompt pas, le chêne, fier témoin de nos siècles, les herbes folles qui voyagent bien plus que nous ne l’imaginons.
Pas d’émotions, pas de problèmes, en résumé! Ou pour être vraiment précise, pas de mental pour interpréter ces émotions.
Mais il faut bien avouer que nous en garderions quand même bien quelques unes, celles qui font vibrer, rire, danser, voler…Le choix est cornélien, entre une vie guidée par l’instinct pur et une autre cahotique, certes, mais inattendue de richesses. En réalité, comme nous n’avons pas ce choix, il faut en apprendre quelque chose, par l’observation de la nature. Elle apporte LA réponse et ce à tout moment, comme servie à volonté et sur un plateau. Il suffit de la regarder, de découvrir la subtile simplicité de son fonctionnement et surtout de se souvenir que nous en faisons partie.
La colère, la peur, la tristesse existent aussi dans la Nature; une mère louve privée de ses petits ressent de la tristesse; un vieux mâle dominant se met en colère contre le plus jeune qui convoîte sa place et je me doute bien que les souriceaux à la gueule du chat nagent dans la peur. La différence d’avec nous, c’est que ça s’arrête là. La réponse est instinctive et immédiate, la mise en action évidente : elle cherche, il se bat, ils fuient!
Ecouter, reconnaître, accepter, accueillir nos émotions et choisir ce qui va nous aider à comprendre leur message et nous rendre notre liberté : voilà qui pourrait être le début d’une reconnexion essentielle à notre vraie nature : celle d’en faire partie.

Mai 2014 – Nathalie Devos

arbre yin yang lumière


3 Comments

  1. Agnès

    Wahou

  2. KATIA SAUVIGNON

    Magnifique !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *